Induction en hypnose : Des méthodes issues de l'hypnose de spectacle en hypnothérapie


Il est drôle de remarquer à quel point l'hypnose de music hall puisse sembler si différente de l'hypnose thérapeutique. D'un côté certains semblent vivre des trucs incroyables et de l'autre, ils semblent presque dormir !


Si on étudie de près les méthodes de Milton Erickson, on s'aperçoit qu'il était très direct (et subtil !) dans ses suggestions lors de l'induction. Les séances d'hypnose étaient dynamiques, basées sur des échanges verbaux et non-verbaux des deux protagonistes.


Aujourd'hui les formations se disant éricksoniennes affluent (il y a entre 20 et 25% d'hypnothérapeute en plus sur le marché tous les mois). Mais ces approches sont-elles vraiment ericksoniennes ? Utilisation de Suggestions indirectes à presque 100% pour les inductions, des outils de PNL, des scripts... Est-ce vraiment ça qu'enseignait et faisait Erickson ?


Une bonne partie des écoles d'hypnose enseignent des "machines à phrases", ainsi que des techniques indirectes où la plupart des effets hypnotiques suggérés ne sont même pas vérifiés. Mais alors pourquoi ? Est-ce vraiment efficace (outre certaines croyances erronées non remises en question), ou visent t-elles plus à rassurer les praticiens en hypnose et à contourner une certaine peur de l'échec ?


Loin d'apporter des réponses, dans cet article, il s'agit plus d'un questionnement et d'une vision de l'hypnose souvent différente de celle enseignée dans de nombreuses formations.



NB : article en construction, désolé pour les fautes ! :p



L'hypnose : ce que c'est et ce que ce n'est pas

C’est en fait qu’on si on avait 3 cerveaux, l’un est logique, rationnel, le second émotionnel et le troisième que l’on pourrait nommer comme étant instinctif. Si j’étais plus poétique, je dirais qu’il y a l’intelligence du cerveau, celle du cœur et celle des tripes.


L’information passe difficilement de la pensée vers les émotions et a encore moins de contrôle sur l’instinct. C'est d'ailleurs pourquoi il peut être difficile de contrôler des phobies, certaines peurs irrationnelles ou d’autres émotions. On a beau savoir, il est bien souvent difficile de contrôler ses réactions qu'on ne comprend parfois pas !


On pourrait dire que l’hypnose est une interface entre ces cerveaux, un espace dans lequel on pourra travailler sur nos automatismes et nos émotions.



Les suggestions directes en hypnose de spectacle peut pousser la personne à résister, et c'est tout à fait normal de ne pas vouloir perdre le contrôle. Chaque personne à ses propres capacités pour aller en hypnose et il serait dommage de les réduire en utilisant un formalisme frileux. La meilleure chose à faire est d'expérimenter jusque là où l'hypnose peut entraîner la personne.


Le lâcher prise n'est pas toujours évident et il convient parfois de prendre le temps de découvrir, en sécurité, jusuq'où on s'autorise d'aller à un moment puis s'autoriser à amplifier cet état et toutes ses possibilités. Le lien qui se crée avec l'hypnotiseur sera alors primordiale car, vous l'aurez compris, il faut être dans une relation où on se sent en confiance pour s'autoriser à vivre certains phénomènes.



Méthodes (bien trop!) souvent enseignées en hypnose thérapeutique

Le cadre hypnotique

Un inconscient protecteur

Est-ce que l'inconscient est vraiment protecteur s'il nous pousse dans des directions parfois destructrices ou allant à l'encontre de notre épanouissement ? Addictions, violences contre soi ou l'autre, conduites à risque... On entend souvent en thérapie "et votre esprit inconscient transformera les mots en fonction de ce qui est bon pour vous". Vu comme il fait parfois réagir les personnes, il faudrait parfois s'interroger sur le bienfondé de ce type de formulations autrement appelées "fusibles de sécurité".

Certes, nous avons inconsciemment un réservoir de ressources insoupçonnées (automatismes, apprentissages...) qui pourraient être utiles dans des situations où elles nous font défaut. Ne s'agirait-il pas plutôt parfois de les associer, en donnant une direction à "l'inconscient", aux situations où elles font défaut plutôt que de les "laisser s'activer" alors que cette activation a échoué jusqu'à présent car d'autres automatismes étaient en jeu ? D'ailleurs, l'hypnose est avant tout une expérience. Le "sens des mots qui seraient transformé", comme par magie, a t-il vraiment un sens ? Dans ce cas-là, pas d'effort à faire ! Vive le blabla, si la personne transforme les mots en fonction de ce qui est bon pour elle !


"Et une partie de vous m'entendra toujours..."

Là, c'est quelque chose qui revient encore plus souvent ! Alors oui, les sens ("l'inconscient") capteraient 2 milliards d'informations à la seconde donc oui, une partie entendra toujours... Mais ça sous-entend quoi : "...même si vous endormez" une partie m'entendra ? ça déresponsabilise un peu l'hypnotiseur... mais bon, c'est rassurant pour lui quand-même d'être sûr de ne pas dire quelque chose d'incongru !


"L'hypnose c'est comme quand... on lit, qu'on conduit de façon automatique, qu'on rêvasse"

Dans les moments de rêveries, quand on est absorbé dans un livre ou devant un film, il n’y a que peu d’automatismes… Certes, les yeux peuvent continuer à lire sans qu'on ne sache plus ce qui est lu, des émotions peuvent émerger (devant un film également) mais la tendance du corps reste dans l'ensemble assez passive... Vous ne croyez pas ?


Il est vrai que dans ces situations, le mental peut-être "ailleurs" (ce qui est en grande partie indispensable pour que des automatismes apparaissent...) mais l’hypnose est beaucoup plus que cet état ! L'hypnose est un état amplifié de la conscience (pas du "mental", terme souvent confondu) qui permet de travailler sur nos automatismes (les émotions, nos réactions, nos habitudes) par le biais d'une expérience qui n'est ni de la rêverie, ni un état de sommeil.


Par contre, on retrouvera dans le sommeil, de nombreuses caractéristiques de l'hypnose : mouvements automatiques, hallucinations sonores, visuelles et kinestésiques, mouvements oculaires automatiques, catalepsie... Et il peut être intéressant de suggérer un sommeil (un sommeil hypnotique où l'hypnothérapeute sera toujours entendu !) pour accéder à certains automatismes qui favoriseront le changement.


La position basse et les "et je ne sais pas si...", "je me demande"...

Que l'on observe Erickson, Bandler ou Robbins, il est à chercher à quel moment ils prennent une position basse ! Ces praticiens reconnus sont même extrêment directif ! Être directif, en donnant des consignes claires, précises, permet de diminuer le monologue interne de la personne à hypnotiser. Si on ne sait pas ce qui va se passer, on va se questionner, tout comme le font les praticiens qui utilisent ce type de techniques ! "Et le me demande si c'est la main droite ou la gauche qui va se lever d'elle-même ou si vous allez ressentir des pîcotements ou une sensation de chaleur dans un de vos doigts, ou dans un autre...". Ce genre de formulation est contreproductif, barbant, épuisant... Pas étonnant que la pensée décroche ! Et, personnellement, si on me le fait, je m'en vais !



La spirale sensorielle et la synchronisation

Pour moi, ces méthodes, enseignées dans de nombreuses écoles, vont à l'encontre du premier précepte enseigné par Erickson : "Observez, observez, observez !".

  • La spirale sensorielle, est à la base une technique d'autohypnose créée par la fille d'Erickson, Betty Erickson. Elle consiste, grossièrement, à focaliser l'attention sur 5 choses que l'on voit (à l'extérieure puis à l'intérieur de soi, via l'imagination), puis se faire une suggestion et faire de même avec ce que l'on entend puis ressent avec le corps. Puis passer ensuite à 4, 3, 2 et enfin un chose observée par sens. (Certains diront 5 informations visuelles, 4 auditives puis 3 kinesthésiques... Certains n'y incluent pas de suggestions, d'autres y rajoutent de nombreuses autres choses mais là n'est pas vraiement le sujet !) Enseignée dans de nombreuses formations, celle-ci demande une concentration intense de l'hypnotiseur qui, à moins de bien connaître le lieu où il est, va demander un effort considérable de réflexion... C'est quelque chose d'assez difficile à automatiser et, si l'on n'automatise pas quelque chose, peut-on réellement être attentif à la personne que l'on hypnotise ? La réponse est pour moi "non" ! Bien trop pris dans le mental, l'opérateur (hypnothérapeute) ne peut pas donc observer comme le préconisait Erickson.


  • La synchronisation, technique issue de la PNL revêtira la même remarque que précédemment. Elle consiste à imiter (avec finesse!) le langage, les postures ou les intonations de la personne en face. C'est quelque chose qui se créé automatiquement dès lors où l'on fait preuve d'un minimum de curiosité à l'autre et quand le rapport entre 2 personnes est bon. Bandler et Grinder, fondateur de la PNL, on observé attentivement de nombreux thérapeute d'exception et ont en tiré la conclusion qu'il fallait se synchroniser pour rejoindre l'autre (avant de l'accompagner puis le conduire - méthode RAC : rejoindre, accompagner et conduire). Mais si l'on est dans une recherche de synchronisation "consciemment", on ne sera pas à l'écoute réellement de ce que dit l'autre, de comment il le dit, de ce qu'il ressent quand il le dit et on passera obligatoirement à côté d'informations indispensable à un bon travail thérapeutique. Tourné vers soi, il ne sera pas encore possible, ici encore, d'observer, d'observer et encore observer.


Les scripts thérapeutiques

Souvent mis en vente par des pseudos organismes spécialisés en hypnose, ou enseignés en formation, ces histoires qui seraient adaptés à des problématiques de personnes ne le sont la plupart du temps pas vraiment. La composante métaphorique peut être certes intéressante mais là, on se retrouve dans le point 1 de cet article, "une partie de vous entendra ce que je vous dit et transformera les mots en fonction de ce qui est bon pour vous". La personne, non engagée, décroche, peut partir dans un monologue ou... s'endormir tellement que c'est pas intéressant à écouter ! Bref...

Il peut être intéressant de s'inspirer de métaphores, d'histoires mais il est encore mieux d'en trouver une pour la personne qui vient se faire hypnotiser, dans son histoire, ses ressources, ses propres métaphores à elle pour entrer dans une analogie anecdotique pertinente.



Utiliser les inductions de l'hypnose de spectacle en hypnose thérapeutique

Tout comme on l'a vu plus haut, Erickson comme tant d'autres sont très directs. Ils donnent des consignes claires, des instructions (choses que vont réaliser les personnes) avant d'y lier des suggestions directes.

Les boucles inductives sont à la base de l'hypnose. Il s'agit de lier un fait (chose que l'on voit ou que la personne fait ou dit), à un automatisme que l'on souhaite voir se réaliser (suggestion).

Les suggestions peuvent prendre plusieurs formes mais sont principalement classées en "suggestions directes" et "suggestions indirectes". Je ne rentrerai pas ici dans le détail des suggestions indirectes (qui bien souvent le sont trop!) mais parlerai ici uniquement de l'utilité des suggestions directes.


Une suggestion directe consiste à demander à un automatisme de s'activer. Non pas à la personne de le faire (ça c'est une instruction !) mais à l'automatisme de se mettre en route. Par exemple : "le bras se lève automatiquement de lui-même", "le rythme du coeur s'accélère", "les paupières sont tellement lourdes et se ferment d'elles-mêmes". Hors contexte, pour un néophyte, ça peut sembler abrupte mais si les suggestions directes sont connectées à des faits (ratification), la plupart du temps elles s'activent !


Ce qui n'est pas évident, c'est de s'autoriser à tester, à explorer ce qui marche (et donc ce qui ne marche pas !). Pour cela il faut un cadre flexible où cette exploration sera expliquée à la personne venant consulter.


Et si tout ça vous parle, que vous êtes praticien et que vous voulez explorer tout cela, je vous conseille d'aller lire les livres de Jordan Vérot, formateur et hypnotiseur à Nice... Et pourquoi pas de vous faire former par lui ! Il a créé son école, loin des clichés et bêtises enseignées dans de nombreuses formations. Son approche est efficace, ludique, rassurante et très surprenant. Allez-y !


13 vues